Les oeuvres des artistes de arts19

Gérard Masson

profil

Gérard MASSON

 

Bat C 1 - Boîte 14,

89 rue de l'Ourcq 75019 Paris,

01 40 37 20 80

  Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.




Son titre : "Mozart numérisé"
(sous-titre : "Humble hommage minimaliste à Yvaral")
technique : acrylique sur toile
dimensions : 0,80 m X 0,80 m

gerard-masson-2

 

Abstraction ou figuration ? Comment te situes-tu ?

Tout comme la nature apparaît, selon les critères humains, tantôt organisée tantôt désorganisée, la création peut se distinguer en pareilles tendances. Par goût je préfère l'art construit. En arts plastiques, la tendance construite se traduit, par exemple, par des formes strictes aux contours nets, par des couleurs homogènes en aplats, c'est-à-dire par l'abandon de la virtuosité de la main. En outre la rigueur qui préside au choix des moyens devrait s'appliquer également à la composition, à la conception du jeu des formes et des couleurs. C'est un domaine que peu d'artistes explorent.

Méthode, rigueur, minutie, ne sont-elles pas contraignantes ? Une telle discipline ne s'oppose-t-elle pas à la liberté d'expression et de création de l'artiste ?

Respect du dogme, règles académiques, choix impressionnistes, divisionnisme de Georges Seurat, rejet de l'oblique par Piet Mondrian, limitation de l'arbitraire par François Morellet… Toute forme d'art à tout moment semble cadrée par des contraintes. Imposées par le commanditaire ou librement choisies par l'artiste.
Les formes régulières capables de paver complètement une surface plane sont au nombre de trois. En se limitant aux formes simples (carré, losange, cercle, ellipse, triangle…) et à un petit nombre de couleurs, c'est une apparente simplicité qui recèle une grande richesse de combinaisons possibles et admet une large diversité de réalisations. Ce sont " les briques constitutives de l'art visuel " selon Yvaral.

Cette " large diversité de réalisations " n'a-t-elle pas en commun la froideur et l'insensibilité qui semblent parrainer leur conception ? Quel est leur objectif ?

Paradoxalement, les buts affichés par les (rares) créateurs sont multiples : recherche de la plasticité pure, ou du mouvement et du relief dans un plan fixe, contribution à la connaissance du phénomène visuel, création ouverte et participation active du regardeur…
Les leçons du Bauhaus (1919-1933) et de l'Avant-Garde russe (1915-1925) restaurent le caractère social de l'art : donner à voir, promouvoir un art accessible à tous, répondant à la profonde aspiration de l'homme à la plasticité. Et aussi adapter la création aux évolutions du monde industriel.
" L'art sera trésor commun ou ne sera pas " aimait à répéter Vasarely.
L'atelier de ces artistes ne comporte pas de divan de psychanalyste ; ils considèrent que leur création ne doit pas être le véhicule privilégié d'expression de leurs états d'âme. " Si j'exprime une parcelle de ma personnalité, c'est malgré moi, je ne le fais pas exprès " sont-ils prêts à avouer.

L'ordinateur fait-il partie des outils modernes à intégrer à l'art contemporain ?

Pourquoi pas ? Mais l'outil devrait se plier à la méthode ! Le recours à l'aide de l'informatique ne remettrait pas en cause, loin de là, la mécanique du travail expérimental qui reste souvent très manuelle. L'art numérique tel qu'il existe depuis une cinquantaine d'années ne doit rien à l'ordinateur. Ce sont bien souvent des toiles, des tubes d'acrylique et des pinceaux, un crayon et du papier ; une démarche en rien traditionnelle se marie avec des matériaux traditionnels. C'est pendant sa période Noir et Blanc que Vasarely définit en 1957 un lien entre l'art et l'informatique. L'art numérique s'appuie plutôt sur des constantes, des nombres simples, sans chercher à illustrer des théories mathématiques ou à favoriser un jeu cérébral complexe ; la priorité reste aux sensations visuelles.

Pourquoi adhères-tu à l'association Arts 19 ? Pourquoi participes-tu à son salon annuel ?

Adhérer à Arts19, c'est déjà partager la vertu d'échanges et la convivialité d'une association. Participer au Salon Arts19, c'est aussi se frotter à une confrontation avec les autres participants, avec le public. Dès que j'ai commencé à peindre, je me suis inscrit à l'association de ma province natale. Aller à la rencontre du regard des autres, c'est refuser de se réfugier dans une tour d'ivoire, c'est une nécessité, presque une obligation.
J'apprécie beaucoup le tournant pris depuis quelques années par l'association Arts19, qui a choisi d'ajouter au cercle des artistes du 19ème arrondissement de Paris la tangente d'ouverture vers le monde de l'art : invités d'honneur du Salon Arts19 qui sont des artistes de renommée, jumelage avec un groupe d'artistes allemands… C'est une opportunité appréciable pour les habitants du 19ème qui hésitent à pousser la porte d'une galerie d'art ou à visiter un musée.

Pourquoi n'as-tu pas de site personnel ?

Parce que l'application de la méthode n'implique pas mécaniquement la réussite, étant davantage peintre du dimanche qu'artiste professionnel, je préfère orienter mes interlocuteurs, selon leur goût, vers les sites d'authentiques créateurs : vasarely.com, jeandewasne.com, cruz-diez.com, joelstein.free.fr, julioleparc.org, yvaral.org, horaciogarciarossi.org, veramolnar.com, charles-bezie.fr…
En naviguant sur ces sites, l'internaute peut retrouver mes préoccupations, mais beaucoup mieux développées. En promouvant au début des années soixante le Folklore Planétaire, Vasarely propose une systématisation des moyens de création qui deviennent autonomes et permutables, codifiables aussi, donc programmables. De 1960 à 1968, six jeunes artistes mettent leurs efforts en commun en constituant le Groupe de Recherche d'Art Visuel ; ils se réunissent régulièrement, conviennent de se partager les axes de recherche ; tout en poursuivant leurs créations individuelles, ils réalisent aussi des œuvres collectives où l'apport de chacun est à peine discernable. Un exemple à suivre ?
Dans la tendance de l'art visuel, le champ (que j'estime illimité) que ces créateurs offrent en héritage peut s'ouvrir " à de nouvelles explorations à mener, à de nouvelles perspectives à saisir, à de nouvelles découvertes à espérer ".

Je sais qu'il t'arrive de troquer le pinceau contre la plume. Est-ce aussi une " nécessité, presque une obligation " ?

Trop souvent, des critiques d'art écrivent de brillants articles démontrant leur virtuosité intellectuelle en expliquant leur perception spécifique d'une exposition. Par goût, je préfère ceux qui tentent de se situer du point de vue du créateur et aussi d'éclairer leurs lecteurs sur le fil de l'histoire de l'art et sur les rapports sociaux qui encadrent cette activité si particulière de la création artistique.
J'ai commencé par commettre des articles pour Arts PTT, revue de la Société Artistique de La Poste et de France Télécom (association de ma branche professionnelle), sur Josef Albers, Guy de Lussigny, Gilles Richard, Carlos Cruz-diez, Jesus-Raphaël Soto, sur le faux en art, la copie et le plagiat… qui ont été suivis d'échos inattendus et de sollicitations inespérées :
- " Art, industrie et technologie " dans le livre-catalogue du Symposium Emaillage, La Défense, 12 juin 1992 ;
- texte du catalogue de l'exposition " Vasarely - Travaux graphiques 1929-1944 et Structures universelles 1968-1989 " pour l'inauguration de la Maison des Arts à Antony (Hauts-de-Seine) en 1992 ;
- " Réponses groupées suite à un entretien avec Gérard Masson, rédacteur à la revue Arts PTT " Dépliant de Julio Le Parc encarté dans la plaquette " Les années soixante " publiée par Yvaral, 1996 ;
- " Traits colorés : une odyssée de l'espace ? " texte du catalogue de l'exposition de Daniel de Spirt à Tonnerre (Yonne), 2000 ;
- " Quelques aspects d'une tendance " catalogue de l'exposition " Optique, etc... " pour le Salon " L'art vous interpelle " de la ville d'Angers (Maine-et-Loire), 2001 ;
- " Du cinéma à neuf images par seconde " dans le livre " Garcia Rossi - opere 1959-2000 ", edizioni Fumagalli (Italie), 2001 ;
- " L'Avant-Garde russe et la Révolution d'Octobre - 1915-1925 " conférence transcrite dans " Cahiers du Mouvement Ouvrier " n° 37 - 1er trimestre 2008 ;
- " L'art religieux d'empires disparus " (Quel regard contemporain sur l'art des khmers ? ) dans L'Idée Libre n° 302 - septembre 2013.
Ecrire c'est aussi se frotter à une confrontation avec les (éventuels) lecteurs. En contrepartie du prêt-à-penser médiatique, il me semble intéressant de restaurer une libre discussion sur le rôle de l'art. " En ces temps d'ignorance et de banalisation, sinon d'amnésie, il est bon de remettre les faits à leur juste place " écrit déjà en 1996 un historien d'art.

(propos recueillis et mis en forme par Fred Porlock, novembre 2014)

 

Peinture, huile, acrylique, aquarelle, graphisme, gravure, sculpture